Home » 3615 my life, Internet, Legislation, Passes temps

Conférence de presse HADOPI

5 octobre 2010 772 vues 3 commentaires
tags : , ,
Download PDF

Cet après midi, c’était la conférence de presse de lancement des labs HADOPI. J’ai du trop livetweeter, à 5 minutes de la fin, Twitter m’a envoyé balader en me disant que j’étais trop bavard.

Le gros des infos était tout de même passé, tout va bien, mais je vais réfléchir à changer de plateforme pour mes retransmissions.

Nous sommes donc allés nous faire une orgie fromagère avec Paul Da Silva avant la bataille, histoire d’y aller le ventre plein. A 15h nous étions à proximité du champ de bataille d’où nous avons tweeté à l’attention de nos amis probablement présents dans les parages. Résultat des courses, c’est Eric Walter qui est venu nous voir, histoire de prendre l’air avant la conférence.

Une fois dans la place, on nous envoie tous au sous sol, et là, peur soudaine « Et si la 3G passait pas ? » … Coup de bol, l’antenne de mon laptop fait tout le tour de l’écran (merci Asus) et je captais convenablement. Par contre, pas de clim, c’était pénible, vu le nombre de participants. On aurait été mieux à la terrasse du café du coin.

La conférence à commencé par un speech de Mme Marais sur l’épisode envoi de mail & Free où elle a, grosso modo, indiqué que pour la haute autorité ils étaient partis et que si les FAI ne faisaient pas leur boulot, c’était leur problème (et celui des clients), pas celui de la HADOPI. Elle a ensuite indiqué que le sujet était clos pour aujourd’hui et a directement embrayé sur un laïus d’autopromotion indiquant qu’étant donné les retours actuels, la loi lui semblait être équilibrée, qu’il ne s’agissait pas de sanctionner massivement mais de faire un appel massif à l’usage raisonnable et respectueux d’internet.

Elle a ensuite indiqué que la volonté de la haute autorité était d’ouvrir un large dialogue, y compris avec ses détracteurs, et qu’après la construction juridique et matérielle de la haute autorité, il était grosso modo temps de se mettre vraiment à bosser et que les labs étaient la dernière étape de cette construction.

Deux appels d’offres sont en cours, concernant d’une part la maitrise d’ouvrage pour la constitution du cahier des charges d’un site d’accompagnement à la sécurisation, et d’autre part le site de labélisation et de mise en avant des offres légales. Il s’agit d’appels d’offres pour des cahiers des charges, autant dire que les sites en eux-mêmes ne seront probablement pas là avant le printemps 2011.

La 3ème et plus grosse partie de la conférence a donc traité des labs. Il s’agit de donner à la HADOPI les moyens de décider en étant convenablement éclairé sur les sujets où il y a des décisions à prendre. Elle a fortement insisté sur le coté ouvert et collaboratif du projet.

J’avais déjà décrit en gros le fonctionnement des labs, mais on a eu un peu plus de détails donnés par Eric Walter :

  • Chaque lab sera chapeauté par un expert pilote indépendant nommé par le collège de la haute autorité et rémunéré pour encadrer les travaux de son lab. Le dossier de presse indique que la charge de travail se situe autour d’une demi journée par semaine, pas très prenant comme job, on dirait. Ces experts auront une indépendance garantie par une charte qui n’a pas encore été communiquée. Leur rémunération n’est pas non plus fixée.
  • Le gros du travail rédactionnel et de recherche sera effectué par des contributeurs accrédités  par cooptation des rédacteurs déjà présents dans le lab
  • Un large panel de gens pourra commenter les contributions des rédacteurs
  • Tout un chacun pourra ensuite proposer des avis qui seront envoyés pour validation aux contributeurs, charge à eux d’intégrer les avis extérieurs dans leurs recommandations
  • Tout ceci sera effectué via une plateforme en ligne 100% publique

Les labs seront :

  • Réseau et technique qui aura pour mission d’expérimenter et de documenter tout ce qui concerne la technique, la sécurisation, la diffusion, le filtrage, etc ..
  • Economie numérique de la création qui cherchera les pistes à suivre pour développer une offre diversifiée et pérenne en matière d’oeuvres numériques sur internet
  • Les usages qui sera dédié à l’observation du comportement des internautes pour comprendre leurs attentes
  • Propriété intellectuelle et internet qui réfléchira aux méthodes permettant d’appliquer le droit de la propriété intellectuelle aux univers numériques
  • Internet et société qui veut être la partie philosophique de l’iceberg, chargé de réfléchir pour comprendre ce qui se passe lorsqu’on parle d’internet et de création

Le but global affiché est très clairement de réunir un maximum de compétences autour de tous les sujets qui devront être abordés sur le long terme par la haute autorité. Ceci dit, il a clairement été dit qu’ils devront faire preuve de leur utilité réelle avant la fin 2011, au risque d’être torpillés.

S’en sont suivies les questions des gens ayant assisté à la présentation, en commençant par une question de Marc Rees de PCInpact revenant sur le sujet ayant servi d’introduction et demandant si Free n’était pas dans son droit en n’envoyant volontairement pas les mails HADOPI à ses clients. La réponse a été simple et directe, ce n’est pas le sujet du jour.

Guillaume Champeau de Numérama a ensuite demandé où en étaient les décrets ayant rapport avec le développement de l’offre légale, ce à quoi il a été répondu que le décret était sorti dernièrement du conseil d’état et devrait donc être publié dans ces prochains jours.

La Tribune a ensuite demandé pourquoi HADOPI refusait de communiquer sur la réponse graduée alors que c’était son coeur de métier et soulignant aussi que SFR semblait suivre Free dans l’absence d’expédition des emails, questions qui ont déclenché un fou rire nerveux de la présidente qui a fini par répéter ce qu’elle avait déjà dit à Marc Rees : « Ce n’est pas le sujet du jour » (ils sont indisciplinés, ces journalistes, c’est dingue !)

Une question a suivi sur la disponibilité  ou non de logiciels de sécurisation, à quoi il a été répondu que rien n’était disponible puisque les spécifications de ces logiciels n’étaient pas arrêtées. Eric Walter a également précisé qu’il ne fallait pas parler de « logiciel de sécurisation » mais d’un ensemble de directives et de recommandations.

La question suivante portait sur les risques de voir apparaître le deep packet inspection sous couvert de sécurisation. Eric Walter a indiqué que le filtrage en lui-même n’était pas dans la loi mais que le lab réseau plancherait surement sur ce dossier pour éclairer les lanternes du conseil de la haute autorité. Il a également rappelé que la HADOPI était tout à fait consciente des peurs entourant le DPI et qu’il convenait de traiter le sujet de façon très prudente.

Un journaliste de ZDNet a ensuite demandé si les sites concernant le soutient à l’offre légale et le site d’accompagnement à la sécurisation allaient sortir en même temps. La sécurisation semble être une priorité, puisque la date de novembre serait réaliste, le reste prendra manifestement beaucoup plus de temps.

Divers débats ont ensuite eu lieu sur les risques du deep packet inspection sans qu’une réponse franche et claire ne se dégage, grosso modo, les labs sont crées pour plancher sur ces questions, il est donc trop tôt pour y répondre.

L’une des ultimes question portait sur le coût total de l’opération labs. Il est estimé a ~1M€, par an, je suppose.

Dès la cloche sonnée, les radios & TV se sont jetés sur la présidente pendant que les journalistes papiers se jetaient, eux, sur le secrétaire général. Je ne me suis pas approché, j’ai préféré goûter les jus de fruits qu’on nous avait mis à dispo.

Je n’ai pas appris grand chose de nouveau lors de cette conférence de presse, juste quelques détails. Je reviens d’ici demain soir avec un billet plus « avis perso ».

Pour les personnes intéressées, le dossier de presse est la.

3 Comments »

  • CravingStef said:

    Vu le niveau « d’ouverture » de la conférence, pour la prochaine ils vont certainement envoyer les questions à poser aux journaliste avant la conférence ^_^

  • dvalin said:

    Vu les nouvelles qu’ils donnent à l’Hadopi au tant n’y envoyer que les jeunes populaires et les autres membres de l’UMP, eux au moins seront content des réponses (ou plutôt manque de réponse).

  • Jean-Marc said:

    Et ton avis plus perso alors ? ;)

    [Mon avis perso prends du temps]

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


7 − = un