Home » Archive

Articles Archive for décembre 2015

Nouveau monde »

[14 déc 2015 | No Comment | 547 vues]

[La présente prose est l’œuvre de l'ami Drapher, en CC-BY-SA. Et pour l'occasion, pas d’illustration, parce qu'il ne faut pas vous détourner le regard du fond !]


Le 21ème siècle appelle de nombreux changements, dont un qui est central : la gouvernance. Les systèmes politiques sont à bout de souffle, et c’est du côté des structures économiques, citoyennes, sociales, que les changements majeurs sont en train de survenir. Internet est au centre de cette mutation, changement qui veut que les hommes et les femmes de ce nouveau siècle peuvent collaborer les uns avec les autres sur de nouvelles bases, en inventant de nouveaux modèles.

Le vieux modèle étouffe

Depuis le 19ème siècle, c’est le modèle pyramidal qui prime dans l’entreprise, les institutions, l’Etat, — et en réalité — dans toutes les structures. Le principe pyramidal est d’organiser le travail depuis le haut vers le bas. En haut, les dirigeants, qui orientent et ordonnent, puis des cadres (ou structures) intermédiaires qui répartissent les tâches, jusqu’aux exécutants qui… exécutent. Structure verticale, centralisée, donc, basée sur le pouvoir du capital, la hiérarchie, l’autorité et la suprématie d’une classe sur les autres, celles des détenteurs de la richesse sur les masses. Une forme de continuation du système monarchique.

Internet a bousculé ce modèle La raison est simple : Internet est décentralisé, sans hiérarchie, sans classes, et offre le « pouvoir » à ceux qui… agissent en son sein. Il existe donc désormais des modes de fonctionnement humains basés sur le fonctionnement d’Internet. Ils sont axés sur quelques critères assez simple mais essentiels : la transparence, la coopération, l’horizontalité et le partage de connaissances, de compétences etc… L’opposé exact du vieux système du 20ème siècle basé sur : l’opacité, l’autorité, la compétition, la captation (de savoirs, de richesses).

Lire la suite »