Home » Archive

Articles tagged with: e-G8

Nouveau monde, Projets & Participations, Vie associative »

[24 May 2011 | 3 Comments | 1 102 vues]
Tags : ,

[Ceci est la retranscription des propos tenus par Jérémie Zimmermann lors de la première journée du forum e-G8 le mardi 24 mai 2011. Merci à skhaen, _mpu, mathieui, olive, Cosaque, Cubox, 23 & ocus. Licence CC-0]


Bonjour, je suis Jérémie Zimmermann, je suis co-fondateur de l’organisation citoyenne La Quadrature du Net . Il y a quelques faits que j’aimerais rapidement exposer ici, qui me semblent manquer dans le débat et qui pourraient éclairer peut-être la compréhension de certains au sujet de la crise de légitimité globale à laquelle le droit d’auteur risque de faire face prochainement s’il n’est pas déjà dedans.

Tout d’abord, pour une génération entière d’utilisateurs, qui utilisent les technologies numériques et qui sont nés dedans, utiliser de l’image, fixe, mouvante ou de la musique fait partie des moyens d’expression. Lorsque vous découragez l’utilisation sans autorisation, à des fins d’expression, vous découragez cette liberté d’expression dont parlait John [ndt : John Perry Barlow]. Ensuite, des usages, qui n’étaient pas régulés avant Internet. Je pense au droit de lire, au droit de prêter, au droit de partager.

Dans l’environnement numérique, monsieur le Ministre [ndt : Frédéric Mitterrand], à chaque fois que vous lisez, vous copiez. L’acte de lecture et l’acte de copie sont indissociables. Lorsque vous essayez à tout prix de décourager la copie, vous allez inévitablement décourager, empêcher la lecture, le partage et l’accès à la culture.

Enfin il y a un fait qui manque encore dans ce débat. J’entends monsieur Gianopulos dire « les gens qui utilisent BitTorrent c’est pas mes clients ». Je vais essayer de dire poliment ce que j’en pense. C’est juste pas vrai. C’est juste faux. Et les études empiriques le prouvent. .

Non seulement ces gens là sont vos meilleurs clients, mais c’est même une étude de l’Hadopi en France sur sa page 45, qui démontre invariablement que les gens qui partagent le plus de fichiers sur Internet sont ceux qui dépensent le plus. Je finis, j’ai fini. Ce que vous semblez oublier c’est que la culture, la musique et les films ce sont des choses que l’on aime avec nos émotions, avec nos sentiments et lorsque l’on aime on est toujours prêts à aider et à soutenir la création.

On n’est pas des voleurs.