Home » Archive

Articles tagged with: éducation

Idioties, Legislation, Nouveau monde »

[6 mai 2013 | 2 Comments | 987 vues]
Crédit photo : Simon Cockell

Crédit photo : Simon Cockell

Avant tout, si vous ne l’avez pas encore lu, je vous recommande la lecture du texte de The Mentor (version originale / version française).

Au commencement était le réseau. Sont ensuite venus les outils. Puis les usages. Depuis, ce sont majoritairement les usages qui dictent l’évolution des outils.

Le premier couple outil/usage que vous avez connu, c’est Napster. Ça avait l’air gentillet, jusqu’à ce qu’un lobby dise le contraire. Et puis, ça a été l’escalade jusqu’à hadopi, malgré les cris répétés de ceux qui appellent encore aujourd’hui de leur vœux une adaptation du droit et de l’enseignement plutôt qu’une répression ou « pédagogie à 2 sesterces » façon bâton/carotte. Lire la suite »

3615 my life, Nouveau monde »

[9 avr 2013 | 14 Comments | 649 vues]

[Petit essai écrit rapidement avant hier, puis légèrement retouché depuis. A partager, critiquer, améliorer, recompiler, or whatever ...]


Votre monde est celui du dîner devant le journal télévisé.

Celui des enfants qui se taisent et ne se lèvent pas de table avant que les adultes n’aient terminé leur repas.

Celui où le nombre d’euro sur le compte en banque et le prix de la voiture dictent les possibles, y compris en matière de liens sociaux.

Celui où maison bien rangée rime avec vie comme il faut. Lire la suite »

3615 my life, Legislation, Nouveau monde »

[7 juin 2012 | 10 Comments | 595 vues]

Crédit photo : traaf

A l’occasion d’un débat avec @ulebrun, @jocanaan et @tris_acatrinei, nous avons, once again, évoqué le bon comportement à avoir en matière d’internet avec les jeunes générations.

Axiome de base : mon enfant se balade sur le réseau et tombe, volontairement ou pas, sur ce qu’on appelle pudiquement un « contenu inapproprié ». Pornographie, infantile ou pas, scènes violentes, personnes mal intentionnées ou dépeçage en bonne et due forme, pick one, c’est pas le choix qui manque. Lire la suite »

3615 my life, HADOPI, Nouveau monde »

[9 mar 2012 | 9 Comments | 478 vues]

[Le texte qui suit est ma contribution au second opus du "fil des labs" paru en début de semaine. Publié ici avec les illustrations choisies à l'origine et qui n'ont pas été retenues dans la version officielles pour une sombre histoire de droits parait-il non vérifiables]


Je suis amateur de photo, sans formation, sans connaissance poussée. En bref, c’est un sujet qui me plaît mais que je ne maîtrise pas. J’ai donc commencé par rechercher une définition de la photo. Wikipedia donne en gros la suivante : la branche des arts graphiques qui consiste à créer des images par l’écriture de la lumière. C’est très poétique, mais concrètement, qu’entend-on par photographie en 2012 ?

C’est une image prise de la réalité et qui se trouve généralement contenue dans un fichier numérique, en tout cas pour une très grosse majorité des photos prises aujourd’hui. Qui dit numérique dit copiable à loisir sans dégradation de qualité, réutilisable, modifiable, bref, tout l’inverse d’une photo « à l’ancienne », sur support papier. En ce sens, la photographie a suivi la même évolution que la musique ou le cinéma.

Quelle est la considération apportée aujourd’hui à une photo ? J’ai distingué trois grandes familles qui ne sont toutefois pas exclusives les unes des autres. Lire la suite »

Comment ça marche, Internet, Legislation, Nouveau monde »

[23 mar 2011 | 12 Comments | 694 vues]

Crédit photo : GFAR

La semaine dernière se sont tenues deux tables rondes :

  • L’une à propos de la neutralité du net à laquelle j’ai été invité
  • L’autre à propos du fonctionnement d’internet à laquelle je n’ai pas été invité (vexé je suis)

Je ne vous parlerai pas de la première, je l’ai livetweeté. La seconde, par contre, m’a fait bondir, donc j’ai promis à Laure de la Raudière de faire un billet.

Pour expliquer « comment fonctionne internet », il y avait autour de la table :

  • Winston Maxwell, avocat
  • Giuseppe de Martino, directeur juridique de Dailymotion
  • Julien Coulon, cofondateur de Cedexis, entreprise qui oeuvre dans le monitoring et les applicatifs dédiés aux CDN

Bon, on se dit que les deux premiers sont des pots de fleurs et que le dernier est le techos qui s’y connait un peu et qui va éclairer tout le monde. Eh ben raté, celui qui a dit le moins de bêtises, c’est l’avocat, talonné de près par le type de chez Dailymotion.

Mr Coulon, en revanche, a accumulé les bourdes. J’ose espérer que la majorité est issue de raccourcis empruntés pour gagner du temps (mais c’est loin d’être très à propos vu le sujet et le public) ou bien d’erreurs de transcription, mais j’en doute.

Je n’ai pas encore eu le temps de faire une belle réponse synthèse de tout ceci, mais je tenterai, promis. En attendant, je vous livre, comme d’habitude, mes commentaires de lecture « brute de pomme ». Allons-y gaiement : Lire la suite »

3615 my life, Idioties, Internet »

[25 août 2010 | 2 Comments | 1 119 vues]

Dans une transcription d’un podcast publiée ce matin par RWW, on retrouve des propos tenus avant l’été par l’ancien PDG d’Orange à propos des évolutions d’internet.

La transcription est à lire dans son ensemble (la partie sur la neutralité est  très croustillante), mais un passage m’a particulièrement fais tiquer :

Cette période intermédiaire où on lui demande d’être un ingénieur, et de comprendre ce qu’est un réseau filaire, un réseau mobile, d’entrer des codes et tout cela, est une période curieuse. Quand vous regardez d’autres secteurs, personne ne vous demande par exemple de savoir quoi que ce soit sur les machines qui fabriquent vos vêtements, par exemple. A l’avenir, nous devons éviter que les clients aient à faire avec cette complexité, ce qui veut dire que nous devons investir partout.

Il ne faudrait surtout pas que Madame Michu puisse avoir la moindre petite once d’envie de s’approprier entièrement l’outil qu’elle et ses enfants utilisent quotidiennement. C’est interdit, ça, madame. C’est affreusement subversif, vous ne vous rendez pas compte !

Lire la suite »

3615 my life »

[17 avr 2010 | 5 Comments | 160 vues]

Crédit photo : Dalbera

Un billet (à lire ici) trouvé en fin de semaine m’a refait cogiter à ceux qu’on nomme les hackers au sens large et à l’éducation en particulier.

Je ne vous ferais pas la traduction de l’article entier, non par flemme mais parceque je suis un archi mauvais traducteur qui supprime trop souvent des subtilités linguistique au passage.

Le point qui m’a le plus marqué est à propos de l’éducation qui tente de bourrer le crane de nos enfants avec des connaissance alors que le plus important est d’avoir la compétence d’acquérir la connaissance, ce qui, de nos jours, semble ne pas être une priorité.

Heureusement, les wikipedia et autres sites à contenu culturels sont une mine pour les devoirs et permettent, à ceux qui s’en donnent la peine, de travailler la forme et l’organisation de ce qu’ils ont à dire plutôt que le fond d’un exposé qui traite souvent d’un sujet qui à déjà été moult fois traité et qui ne nécessite donc plus de révélations fracassantes, du moins pas au stade d’un lycéen.

Ce n’est pas encore mon heure, mais j’apprendrais à mes enfants comment hacker les profs pour avoir la paix, c’est une certitude.

Histoire que ça ne se perde pas, et puisque c’est du CC-BY-SA, voila le billet publié originellement sur Off My Gourd.


Let’s define what I mean by the term “hacker” first.  There is so much FUD out there around this term.  Large controlling institutions want you to fear hackers, want you to think the hacker mindset is dangerous.  This could not be farther from the truth.  Hackers are simply empowered individuals that want to figure things out for themselves.  With hacker properly defined, let’s get to the meat, why I want my daughter to be a hacker:

1.  Hackers are not consumer lemmings – As large institutions continue to brainwash American citizens into becoming slaves to the systems they’ve created; hackers know that there is a life outside these systems of user dependence, a better life.  Institutional dependence is literally killing us.  Our dependence on the institutional food system has left us disease ridden and physically incapable.  Dependence on western medical systems is bankrupting us.  Our two major political parties both preach institutional dependence; one insists dependence on big government institutions, the other dependence on big corporate institutions.  Hackers preach self and small community dependence. i.e. independence.

2.  Hackers avoid what I call “The Knowledge Trap ” – Our education system is mostly about teaching people what to think, not how to think.  This is true from kindergarten through undergrad.  Hackers are more focused on skills than knowledge, and people with skills survive.  Most importantly it’s attitude that make hackers effective.  Knowledge is least important because they have the skills to get the knowledge they need when necessary.  And their independent attitude makes them resistant to appeals to authority.

3.  Hackers can hack anything – They are not just limited to computers and electronics.  They can plant vegetables and by doing so hack the food distribution system.  They can install solar panels on their homes and hack the energy grid.  They easily shake the fear that advertisers and politicians instill in mainstream society’s psyche.  Big institutional systems don’t faze hackers, they can see beyond them.

4.  Hackers favor open systems – Hackers use and favor open non-controlling tools and systems.  They support software freedom, and this ensures that non-restricted tools will be available to hackers for generations to come.

I’m sure there are many more reasons to encourage the next generation to embrace hacking.  Feel free to add your reasons as comments.  Happy Hacking!

3615 my life »

[19 mar 2010 | No Comment | 42 vues]

C’est le dernier sujet à la mode suite au documentaire « Le jeu de la mort » diffusé la semaine dernière sur France2, tiré de l’expérience de Milgram, effectuée pour la première fois dans les années 60.

Les plus extrémistes lancent immédiatement des « ça se passait comme ça dans les chambres à gaz », mais revenons sur terre, ce documentaire vise principalement à démontrer la main mise de la télé sur nos vies et notre jugement et la nécessité de conserver, en toute situation, son libre arbitre et sa morale. Lire la suite »