Home » Comment ça marche, Internet, Vie associative

Tirer soi-même sa fibre

25 septembre 2010 1 vues 11 commentaires
tags : ,
Download PDF

Un article en marge de la série qui vous explique comment créer un fournisseur d’accès, le temps que je me prenne par la main pour relire tous mes articles et pointer ce qui doit encore être expliqué.

Tirer de la fibre, dans le fond, ça n’est pas vraiment plus compliqué que de tirer un autre type de câble.

Deux aspects à développer, la manière de faire et ce qu’on peut en attendre :

Comment on fait en pratique

Pour tirer de la fibre, il faut de la fibre. Ça s’achète par rouleau d’une longueur prédéfinie avec un nombre de fibres prédéfini dans le câble. Ce nombre de fibres peut être très important sans pour autant que le câble soit énorme. 1400 fibres tiennent très bien dans un ou deux centimètres. Chaque fibre a sa propre gaine (très fine), puis elles sont groupées pour donner ensuite des groupes de groupes etc. Il faut garder à l’esprit que ce n’est pas le nombre de fibres présentes dans un câble qui conditionne son prix mais les connecteurs qui sont au bout. En bref, déployer aujourd’hui un gros câbles de 72 fibres même si on n’en a besoin que de deux pour commencer, c’est pas idiot. Lorsque vous en voudrez plus, vous serez content de n’avoir qu’a souder des connecteurs plutôt que d’avoir a repasser une fibre de bout en bout.

Pour choisir le type de gaine autour de vos fibres, il faut déterminer ou seront posées vos fibres. Si vous les installez dans des fourreaux préexistants, vous n’aurez pas besoin d’une gaine extraordinaire. Si votre fibre est accrochée en haut de poteaux ou baigne dans des endroits peu recommandables (égouts, lac, rivières, …) il faudra que la gaine supporte les agressions de dame nature, voir les petites dents des rongeurs curieux.

Vous voilà avec votre beau rouleau de fibre sur la remorque derrière le camion. Pour l’accrocher à des poteaux, rien de très compliqué, vous mettez quelqu’un derrière le volant qui va dérouler la bobine petit à petit et vous montez à votre échelle pour accrocher la fibre à chaque poteau. On prévoit généralement un mou suffisant et régulier dans ce genre de cas, se concrétisant par un enroulement de quelques mètres de fibre sur un poteau. Si on peut prévoir l’endroit ou on aura besoin de ce mou c’est encore mieux (un gros carrefour routier ou il faudra ouvrir le câble pour détourner un certain nombre de fibres par exemple)

Les méthodes de tirage en souterrain sont un peu plus enquiquinantes. Soit vous n’avez aucun fourreau existant et il faut ouvrir le sol, dans ce cas la on en profite généralement pour faire d’autres travaux (enfouissements du réseau électrique par exemple) et on pose des fourreaux vides pour recevoir plus tard des câbles fibrés, soit on a déjà ces fourreaux (ceux qui reçoivent aujourd’hui le cuivre de France Télécom sont loin d’être pleins, par exemple) et l’autorisation de les utiliser et on va, au choix, tirer ou souffler la fibre dedans. Tirer, le principe est simple, vous avez des fils dans le fourreau, vous accrochez votre câble à un bout, un treuil à un autre et vous tirez.

Pour ce qui est de souffler. Je ne vais pas trop rentrer dans les détails, mais grosso modo, le principe est d’accrocher une petite collerette au bout du câble, de l’enfourner dans le fourreau, de mettre un compresseur au bout et d’envoyer un gros paquet d’air comprimé qui va pousser la collerette. Cette technique est généralement réservée aux courtes distances de l’ordre de quelques centaine de mètres.

Bon. Tirer ou souffler de la fibre dehors, c’est bien, mais …

Pour quoi faire ?

Pour avoir plus de débit, c’est la réponse qui vient naturellement à l’esprit, mais pas seulement. L’avantage de la fibre, c’est qu’elle subit beaucoup moins les assauts du temps et pas du tout les assauts des perturbations électromagnétiques. Elle présente en plus l’énorme avantage d’avoir beaucoup moins de pertes que les câbles électriques, nécessitant donc moins de puissance globale pour fonctionner et moins d’équipements intermédiaires pour relayer le signal.

Pour revenir sur le débit, on entends beaucoup d’âneries. Que supporte exactement la fibre optique en terme de débits ? Aujourd’hui, avec des équipements pas trop chers (comprendre moins de 100), on sait faire passer 1Gbps sur une fibre. En tapant un peu dans le porte monnaie, on peut faire passer 10Gbps et lorsqu’on est financièrement motivés, on arrive à trouver de quoi faire passer 160Gbps.

On peut lire un peu partout que la fibre transporte les doigts dans le nez des valeurs ahurissantes de type 2Tbps (2000Gbps). Dans les labos oui.  Pas dans la vrai vie du monde industriel actuel et encore moins pour la petite collectivité ou le particulier, non.

Rien n’empêche, par contre, si on est très très motivé, de faire passer 160Gbps par fibre sur un câble qui en compte 1400 (ou plus).

Et j’aurais donc de l’internet très haut débit ?

Idéalement, la fibre, il faut la faire aller jusqu’à l’utilisateur final. Vous voila bien avancé avec votre fibre qui arrive chez vous, si de l’autre coté il n’y a rien. Adieu veaux, vaches et cochons.

Nous sommes ici face au problème classique de l’oeuf et de la poule. Aucun opérateur ne veut financer son installation dans un lieu quelconque s’il n’est pas certain de la rentabiliser et aucune personne normalement constituée n’ira investir temps et argent pour tirer de la fibre chez lui s’il n’a pas un opérateur auquel se relier de façon simple.

Aujourd’hui, les opérateurs tablent donc sur les zones à très forte densité ou l’amortissement de leurs installations sera rapide, le bassin de clientèle étant large. Pour les zones moins peuplées, les collectivités locales peuvent parfois financer, mais les travaux sont généralement cantonnés aux bâtiments publics et aux centraux télécoms depuis lesquels les abonnés sont connectés avec les bonnes vieilles technologies ADSL.

Alors ou se trouve la solution ? En restant toujours dans l’optique « do it yourself », un groupe de quelques habitants peut décider d’installer un réseau optique local arrivant dans un bâtiment commun. L’avantage immédiat est la disponibilité d’un réseau local à très haut débit et la preuve faite qu’il est disponible et que les opérateurs motivés pourront venir s’y brancher à moindre frais.

Avant que cet opérateur n’arrive, les utilisateurs du réseau peuvent, au choix, continuer d’utiliser l’ADSL chacun dans leur coin ou bien mutualiser les ressources pour que, par exemple, 20 personnes partagent plusieurs liaisons ADSL agrégées et, pourquoi pas, un contrat de téléphonie commun ou un système de redistribution de la TNT sur le réseau local. Si le projet est convaincant, il est même possible qu’il prenne de l’ampleur localement et qu’il ne soit pas nécessaire qu’un gros opérateur national vienne se raccorder.

C’est le mode de fonctionnement de quelques réseaux communautaires actuellement, et le projet porté par quelques motivés que je salue bien bas et que j’aiderais dans la mesure de mes moyens :)

11 Comments »

  • yoca said:

    bonjour,
    Je voudrais revenir sur votre premier paragraphe:

    La fibre on ne la tire pas comme une cable electrique , c’est fragile.

    D’autre part celle ci demande un environement bien propre.
    ‘ les souris aime beaucoup la fibre’ ,

    Petite annecdote : Je travaille sur sur des sites industriels, et quand vous perdez le reseau , vous pleurez , vous partez avec votre jartierre , pour ‘ rerouter vos console’ , en esperant que qu’il y est des spare au niveau de votre patch panel.

    Apres c’est la soudure.

    Donc la fibre , oui , mais il faut y faire attention. c’est pas un bout cable que l’on repart avec un domino.

  • Bruno (author) said:

    Correctement gaîné, à part faire attention à ne pas la plier, ça se tire sans trop de précautions. Coté propreté, c’est vrai que j’aurais pu faire un paragraphe la dessus, elle est capitale lorsqu’on soude et qu’on serti les connecteurs. Il faut également bien veiller à toujours remettre les capuchons sur les connecteurs inutilisés. Une fois tirée, si elle est convenablement gaînée, elle peut traîner dans la boue sans problèmes.

  • Damien said:

    Une fois sorti de son appartement, de sa maison ou de sa copropriété, on est dans l’espace publique. La question que je me pose, c’est a-t-on le droit de tirer de la fibre (ou tout autre câble) dans l’espace publique, et plus généralement comment on s’y prend ?

    – Imaginons par exemple que je souhaite tirer un câble entre ma maison et celle de mon voisin d’en face. Puis-je mettre un poteau de chaque côté (dans nos jardins respectifs) et faire pendre un câble entre les deux au-dessus de la rue ?

    – Puis-je planter des poteaux dans la rue ou le long des champs pour y faire passer ma fibre ?

    – Comment utiliser les goulottes et autres poteaux ou canalisations appartenant à des sociétés diverses ?

  • Bruno (author) said:

    Il faut que je fasse un billet sur les questions de droit, mais j’ai un peu de taff à faire dessus.

    Pour faire simple, dans le domaine privé, c’est 100% libre, il n’y a éventuellement que quelques considérations d’esthétique, de voisinage et éventuellement de monuments historiques à prendre en compte.

    Pour le domaine publique,

    soit la rue est privée, pas de problème si tout le monde est d’accord (dans un lotissement, par exemple, il arrive que la rue soit une copropriété de tous les proprio des maisons qui la borde, voir chacun est proprio de son petit bout de rue)
    soit elle appartient à la collectivité, auquel cas il faut demander l’autorisation en mairie
    et pour le cas ou il y a déjà des poteaux ou des fourreaux, il faut négocier l’autorisation avec l’exploitant ou bien, par exemple dans le cas d’un poteau qui supporte a la fois de l’électricité et du téléphone, la mairie

  • Daniel L said:

    Je sais pas où t’habite, mais y a l’air d’avoir une sacré concentration de gens motivés par chez toi. Parce que c’est bien par là qu’il faut commencer à creuser.

  • Bruno (author) said:

    J’habite dans un endroit d’ou je partirais sans doute dans les quelques mois/années qui viennent, donc non, je ne vais pas creuser mon jardin :)

  • clemclem said:

    Bonjour,

    question tarif ?
    n’etant pas fan des rois merlins (et sachant qu’ils n’en ont pas de toute façon) ou peut on trouver de la fibre ?

  • Bruno (author) said:

    On en trouve pas (ou peu) en grande distribution. Il y a par contre quantité d’acteurs qui en vendent. Au hasard Primo-alliance en banlieue nord de Paris, ou bien, de façon plus nationale, des gens comme Ineo-Infracom

    Question prix, ça va être du 2€ le mètre en courte distance et ça peut descendre très vite autour de 1€ voir même 50cts, si j’dis pas d’bêtise.

  • christophe R. said:

    Bonjour. Je sais que l’article date un peu maintenant mais je tente qu’en même ma chance.
    J’ai lu avec un très grand intérêts vos articles concernant les FAI Associatifs.

    Concernant la fibre, comment cela se passe pour le raccordement des habitations ? On a un des fibres dans un câble. Ce câble arrive dans une chambre. Et ensuite ? Un fourreau part vers chacune des habitations ? Comment sont raccordés les fibres partant vers l’habitation ?

    Cordialement

  • Bruno (author) said:

    oui, un fourreau depuis les chambres de tirage les plus proche et une fibre par fourreau qui vont jusqu’au sous répartiteur ou elles sont soudées à un gros tronc plein de fibres.

  • christophe R. said:

    Merci.
    J’étudie les possibilités de mettre la fibre dans le hameaux où je réside. En fait c’est une route d’environ 1,5 kms comportant 2 petits chemins perpendiculaires.
    Quelle serait la stratégie plus simple et économique concernant les chambres ?

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.