Home » Comment ça marche, Internet

C’est quoi un « service géré » ?

21 février 2011 1 764 vues 6 commentaires
tags :
Download PDF

Alors, ça part dans tous les sens un peu partout sur la définition d’un service géré. La faute aux mots pas employés à bon escient.

Crédit photo : Alan Levine

Nous allons commencer par un petit rappel. Internet, pour la majeure partie des gens de nos jours, ça voyage jusqu’à l’abonné par une technologie portant le doux nom d’ADSL. Cette techno a l’avantage de proposer une gestion de circuits virtuels. Si on prend l’exemple typique d’un abonné à une offre triple play, il y a, peu ou prou, 3 circuits virtuels qui sont la télévision, le téléphone et, bien sur, internet.

Les deux premiers sont, typiquement, ce qu’on peu qualifier de « services gérés ». Ils n’ont strictement aucun rapport avec internet, ils sont cantonnés au réseau du FAI, ils ne font qu’emprunter le même tuyau qu’internet entre l’abonné et le datacenter le plus proche. Evidemment, pour ne pas embrouiller le client, le FAI fait sa pub en disant « le téléphone, la TV, et internet jusqu’à 30 méga », mais 30 méga, c’est bien entendu la taille du tuyau global, contenant donc internet, la télé et le téléphone.

Et non seulement les 30 méga peuvent (et sont) bouffés par la télé et le téléphone, mais en prime, si on ne se sert pas du triple play, on est loin d’avoir la moindre garantie de pouvoir obtenir 30 méga tout le temps, tendance, sauf rare cas, on a l’assurance de ne jamais les avoir. A ce sujet, vous pouvez déterrer un vieil article par ici qui vous expliquera combien coûte réellement 1 méga.

Maintenant que nous sommes OK sur la méthode de liaison et son partage entre internet et « des services » qui n’ont rien à voir avec, divaguons un peu.

L’actualité du moment en terme de concentration, c’est bien entendu le rachat de Dailymotion par Orange (tu m’as déçu, RS :p). Contrairement aux services cités ci-dessus, Dailymotion ne peut être considéré comme un « service géré » pour la bonne et simple raison qu’il n’est, pour l’instant, accessible que depuis internet. Il n’est d’ailleurs pas inclus techniquement au réseau Orange.

Que peut-il donc se passer ?

  • Au plus con, Orange emmerde la neutralité et continue à promouvoir « l’internet ouvert by orange » et tombera nécessairement dans la vicissitude consistant à pénaliser volontairement le trafic en provenance de Youtube pour pousser les gens à ne plus aller que sur Dailymotion. Etant donné la teneur des débats politiques du moment et le récent épisode avec Megaupload, ce serait bien mal venu.
  • Au plus simple, puisque Dailymotion dispose d’un réseau autonome constitué de longue date, ils ne touchent à rien, à la limite, ils réduisent un peu la facture du lien entre Orange et Dailymotion et roule ma poule.
  • Au plus tordu, Orange pourrait être tenter de proposer une version « service géré » de Dailymotion. Pour faire ça, il faudrait créer un nouveau circuit virtuel sur la liaison ADSL des clients (ou utiliser l’existant de la TV) pour proposer un accès « off internet » au service Dailymotion. Le service d’origine existera toujours et sera toujours accessible depuis Internet, y compris depuis Orange, mais ceux qui l’auront en version « service géré » pourront probablement bénéficier de fonctionnalités améliorées (qualité vidéo, interactions, …)

Bon, ça, c’était l’exemple pour se mettre en bouche.

Histoire que tout le monde saisisse bien la différence entre internet et services gérés, regardons du côté des mobiles, ça c’est passé exactement dans l’autre sens mais on arrive au même résultat.

A l’origine était la téléphonie mobile puis est née la data sur la téléphonie mobile. De nos jours, les deux sont (pour simplifier, plus de détails ici) sur des canaux séparés, et on pourrait considérer que la téléphonie est le « service géré » des mobiles, posé à coté d’internet.

Vous n’aurez pas manqué de noter que, si on peut espérer avoir de la vidéo pas trop pourrie sur internet de nos jours, c’est loin d’être toujours aussi beau que ce que propose la « télé ADSL gérée ». A contrario, en matière de téléphonie, si nos imbéciles d’opérateurs nationaux n’avaient pas interdit la voix sur IP sur les connexions 3G, la convergence serait déjà probablement terminée depuis belle lurette, la téléphonie étant avalée par internet, vu le peu de débit nécessaire de nos jours pour faire transiter la voix.

Restait toujours, par exemple en cas d’urgence, la possibilité de laisser un service géré de téléphonie en dehors des circuits internet habituels. Mais voilà, c’est difficile pour une industrie monolithique d’accepter d’égorger sa poule aux oeufs d’or, même si on lui prouve à maintes reprises qu’une cahute bourrée de nouvelles poules dorées les attend au tournant. Il est donc tout naturellement, en violation complète des principes de neutralité, contractuellement interdit de s’adonner à la voix sur IP sur les réseaux 3G.

Pour le bien de l’innovation, il est urgent de faire péter cette aberration et de définir, d’ailleurs, ce qu’on appelle « internet ». Au risque de continuer à passer pour un extrémiste, une adresse IP pas routable, c’est pas de l’internet, point. Publicité mensongère, tout ça.

Un petit mot à propos de l’autre « service géré » sur la 3G ces temps ci, c’est bien sur la télévision. A part si vous avez un hotspot wifi accessible à proximité, quand vous lancez votre appli « SFR TV » favorite sur votre smartphone, vous accédez typiquement à un « service géré », vous passez sur le même tuyau que vos données internet pour rejoindre le réseau de l’opérateur, comme en ADSL, sauf que la taille de ce tuyau est partagée entre tous les gens présents dans la même zone géographique que vous. Ma main à couper que c’est cette merde qui fait toucher du doigt la fameuse rareté des fréquences tant décriée par les gentils petits opérateurs.

Parce que la, pour le coup, il y a un véritable conflit d’intérêt entre l’internet neutre et le service géré. Le soir, à Gare du Nord, tout le monde regarde la boitâkon sur son mobile en attendant son train et du coup, mes paquets IP a moi, ils passent plus, parce que vous comprenez, la télé, c’est plus important, les gens sont perdus sans leur télé.

Et pour finir, un second coup de gueule, messieurs opérateurs, CDN et autres grosses boites, si vous trouvez qu’il n’y a pas assez de bande passante pour concilier internet neutre et services gérés, cessez donc un peu les services débiles qui retéléchargent en permanence les contenus sous prétexte de lutter contre le piratage. Je scotche depuis environ 3 heures non stop sur la même vidéo Youtube qui, à chaque fois que je la regarde, est téléchargée depuis Tataouine. Si j’avais pu la downloader une fois pour toutes, je ne serais pas en train de bouffer 2Mbps en permanence depuis 19h.

6 Comments »

  • tth said:

    Si j’avais pu la downloader une fois pour toutes,

    http://rg3.github.com/youtube-dl/

  • Bruno (author) said:

    Ah oui, il y a pléthore de softs & services permettant de le faire, mais jamais intégré au service d’origine.

    Entre geeks, on arrivera toujours à nos fins, mais il semble que notre usage du réseau ne soit pas celui de la majorité des gens :)

  • -fred- said:

    Il n’y a pas longtemps, je lisais une intervention d’Eric Besson à propos de la neutralité du net et la nécessité selon lui de permettre à des contenus d’être prioritaire : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/02/08/eric-besson-la-neutralite-du-net-et-les-autoroutes-de-l-information_1476719_651865.html#xtor=RSS-3208

    Voici par exemple ce qu’on peut y lire :
    Eric Besson prend clairement position pour une régulation partielle sur des critères techniques : tout en souhaitant protéger « le droit à l’information et à la communication » et « la liberté de création et d’innovation », le ministre estime que les opérateurs doivent pouvoir disposer des capacités de « garantir une qualité de service minimale pour des services prioritaires », dont la téléphonie et la télévision sur IP.
    La téléphonie et surtout la télévision sur IP sont à ses yeux des services prioritaire. J’ai eu du mal à m’en remettre. Pour lui, les services gérés (terme que je découvre en lisant ton blog :p) sont prioritaires sur de l’internet.

    Le plus rigolo, c’est de voir à quel point les personnes à qui j’en ai parlé, le lendemain du jour où j’ai lu ça, n’ont pas été un étonnées par cette manière de voir. Flippant, non ?

  • Bruno (author) said:

    Ce que n’a pas compris Mr Besson, c’est que ces services sont déjà prioritaires.

    Le test est très simple :
    1- lancer un téléchargement à font les ballons (par exemple http://test-debit.free.fr/image.iso)
    2- noter le débit atteint
    3- allumer la télé
    4- constater la perte de débit sur la liaison internet

    Ça se comprend, si le frangin qui veut regarder le foot à la TV doit aller taper sur sa soeur qui est entrain de mater de la série a haute dose sur le net, on s’en sort plus.

    Idem pour le téléphone.

    Mais dans le fond, on s’en fout, c’est l’utilisateur qui choisi ou pas d’allumer sa boitâkon. S’il ne l’allume pas, il a plein débit pour internet. Aucune atteinte à la neutralité ici contrairement au cas ou Orange décide de dégrader la connectivité vers Youtube pour favoriser Dailymotion (par exemple)

  • sebastien t. said:

    Pour l’intervention de M.Besson, comme d’autre politique, quand ils parlent de service sur IP, nous ( qui nous posons la question) décodons « service géré par un tiers technique nous revendant ce que nous pourrions faire nous même ». Forcément, comme le dit Turblog, chacun est libre de faire ce qu’il veut à condition de le savoir (liberté de choix)

    Moi, ce qui me gêne, c’est la question du conflit « service géré »/flux tcp/ip standard au niveau de tout le bouzin technique: si chaque opérateur donne la priorité à ses flux, le tcp/ip standard on le passe par où? genre protocole xmpp, skype(solution proprio mais qui sera impacté) et l’ensemble des protocoles ( dl via son FAI et la box, plus rapide qu’un FTP propre suivant la RFC).

    Moi, perso, j’avais pas l’impression que M.Besson et d’autre aient bien intégré le principe d’acentralisation , bon, ils ont déjà intégré la fin d’un système purement Serveur vers client avec un gros ticket d’entré, mais reste à leur faire intégré le cote client ET serveur.

    Mais il est plus facile pour tous, de voir un google et son CA (plus ou moins magnifié) qu’un écosystème reparti à travers tout le territoire, composé d’une multitude de cellules.

    Maintenant, y’a tout ceux qui utilisent à minima les réseaux informatiques, ils veulent un téléphone, un accès tv, un bouquet de service, si leur FAI le propose, ils ne se poseront pas la question: à la condition de pouvoir accéder à ce qui sera à la mode. Sauf si des initiative comme la freemdombox, en enclenche d’autre avec des média-center vendu pré-installé, avec serveur FTP/mail etc, et une liaison type ssh pour mise à jour. Aujourd’hui, ma moman elle va pas monter son serveur smtp complet, par contre elle aime bien Gmail.

    Y’a encore du boulot, pour dédramatiser, démystifier et expliquer.

  • satanas_g said:

    Ben de toute manière les FAI font déjà du service géré sur ce qu’il appellent Internet …
    Si je lance un DL d’image ISO Linux logé au hasard sur une plateforme type crihan.fr et que les mômes lancent des jeux type PS3 ou même Steam, t’as qu’a regarder les dégâts, baisse du dl direct.
    J’imagine que les FAI privilégient les accès temps réel !

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


+ 9 = quinze