Home » Idioties, Internet, Legislation

Vite, il faut trouver du pognon !

9 décembre 2011 713 vues un commentaire
tags : , ,
Download PDF

Crédit photo : Alex Gaidouk (flickr)

[Ben eh, t'as vu l'état du poste, Geneviève ??!]


Aujourd’hui, le rapport sur la télévision connectée, commandé par messieurs Besson et Mitterand, a été remis. Je dois vous avouer que je ne l’ai pas lu en intégralité, seule la page 25 a retenu mon attention suite à l’article de l’ami Guillaume sur Numérama.

Il y est question de sécuriser le compte de soutien à l’industrie des programmes audiovisuels (le fameux COSIP alimenté, entre autres, par les FAI sur une taxe portant sur la partie télévision de leurs offres). En français, sécuriser, ça veut dire « s’assurer que cette manne financière demeure, voire grandisse, mais ne soit pas réduite ».

Le constat est que la TV connectée laissera une place non négligeable aux contenus proposés par des entreprises situées hors de France et ne contribuant donc pas au COSIP. Comme le temps de cerveau disponible est réputé constant, qui dit fournisseur de contenu non taxé dit baisse du montant global de ladite taxe.

La mission aurait envisagé de « taxer le consommateur » par exemple en remettant au goût du jour la redevance sur les résidences secondaires (qui, par ailleurs, est souvent, à tort, prélevée par le fisc sur la taxe foncière desdites résidences, pas de bol pour les contribuables ignorants). Mais la vraie solution passerait, selon le rapport, par « plusieurs sources de financement de la création à approfondir pour prendre le relais, à terme, de la part de la TST distributeurs pesant sur les FAI ». En français : « y’a du pognon ailleurs que chez les FAI, et on préférerait que vous alliez le prendre là-bas plutôt que chez nous ». Eh oui, car qui a pondu ce rapport ? Entre autres des gens de chez SFR, Dailymotion (coucou Orange)…

Bref, quelle est la proposition ? Une « contribution perçue sur les échanges générés par les services en ligne (…) sur la base d’une évaluation de la part que représentent les contenus vidéo dans la consommation globale de services en ligne ». En français : « tu es opérateur en France, tu échanges globalement 40Gbps avec tes petits copains, je dis, au doigt mouillé, que y’en a 60% pour de la vidéo/audio/whatevermédia, tu vas donc verser 2400 € au COSIP, allez, salut ».

Au doigt mouillé

Ben oui, parce qu’il est tout bonnement impossible, sans être intrusif, de déterminer la part de vidéo/audio/whatever dans le trafic d’un opérateur. L’un des quelques gros va donc fournir des chiffres qui correspondront peut-être à sa clientèle à l’instant T, et tout le monde sera taxé sur cette base pendant X années.

Une base ? quelle base ?

Ben oui, vous allez taxer quoi ? L’ensemble des échanges ? En tant qu’opérateur je vais donc devoir déclarer à je ne sais pas qui (CSA ? ARCEP ?) ma consommation globale avec mes camarades opérateurs ? Ou bien le montant que je facture à mes clients pour la bande passante ? Ou bien le montant que mes fournisseurs me facturent pour cette même bande passante ?

Oh … wait !

Je sors du trafic contenant probablement de la vidéo et de l’audio vers un opérateur français qui lui même le transmet à un fournisseur d’accès français. Je vais donc être taxé pour alimenter le COSIP, l’opérateur par qui je passe pour joindre Free également, et enfin Free, au titre de son activité d’opérateur ? Le même octet sera taxé 3 fois, voire beaucoup plus ?  C’est un peu comme l’argent que je facture à mes clients, on enlève la TVA, puis les charges sociales, puis les impôts sur le revenu, et les 25% de la somme initiale restants vont dans ma poche.

Mais dites-moi… Si j’achète une prestation de transport disons à… Cogent… Pour évacuer en pur niveau 2 le trafic de mes clients vers disons… la Slovénie… vous allez être bien embêtés, non ?

Et puis vous pensez franchement que je vais réussir à facturer disons… CAT (opérateur Thaïlandais qui fait l’effort de venir jusqu’à Paris)… avec qui j’ai une interconnexion directe gratuite actuellement ? Personnellement, je crois qu’au mieux je vais juste payer à vide, une énième taxe qui viendra plomber ma compétitivité, au pire, perdre les interconnexions qui font la qualité de mon réseau.

Mais non …

Parce que tout ceci ne concerne que les gros. Tous ces moucherons de micro-opérateur au CA de boulangerie, y font chier à toujours souligner les problèmes de nos belles théories, donc on fait comme s’ils n’existaient pas. De toute façon, si c’est pour payer plus cher de papier et d’enveloppe que le montant qu’ils paieront au titre de cette taxe, à quoi bon ?

Ce serait pourtant amusant, me concernant, puisque ce surcoût serait fort ironiquement supporté, entre autres, par une plateforme de diffusion légale de musique en ligne.

A quoi bon alors ?

Bons à rien, comme souvent. Cessez donc de chercher qui taxer sur quelle base. Cherchez donc plutôt comment faire pour que VOS CLIENTS soient satisfaits et VOUS PAIENT de quoi vivre.

Ou plutôt paient les professions que vous êtes censés représenter et défendre, et pas vos salaires mirobolants et vos frais généraux de fonctionnement dignes des heures les plus sombres de certaines associations qui, fût un temps, prétendaient faussement lutter contre des maladies (elles se sont rattrapées depuis, ELLES, au moins).

Vous dénaturez petit à petit le réseau pour vainement tenter d’empêcher l’utilisateur d’accéder aux contenus soit disant contrefaits/malfaisants/whatever, et maintenant, en prime, vous voulez taxer les interconnexions alors que la France, qui hier était encore la risée européenne en matière de peering, commence à peine à avoir une offre attractive pour les opérateurs étrangers, gage de qualité pour notre réseau national.

Mais oui mais …

Y’a pas de mais. Si tu veux qu’on t’explique les tenants et aboutissants de tes idées, on va se mettre autour d’une table avec un papier et un crayon et on va t’expliquer. Et peut être qu’ensemble, autour de cette table, on aura une idée qui sera meilleure que les idées qu’on a en restant chacun dans son coin.

Les portes sont ouvertes.

One Comment »

  • KalimeroForEver said:

    « Ou plutôt paient les professions que vous êtes censés représenter et défendre, et pas vos salaires mirobolants et vos frais généraux de fonctionnement dignes des heures les plus sombres de certaines associations qui, fût un temps, prétendaient faussement lutter contre des maladies (elles se sont rattrapées depuis, ELLES, au moins). »

    Xavier, sors de ce corps !

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


trois + = 10