Home » Domotique, Electronique

Arduino & fumées

28 mars 2012 2 017 vues 6 commentaires
tags : , , , , , ,
Download PDF

Je ne sais plus si je vous ai déjà parlé d’arduino. Si ce n’est pas le cas, le premier moteur venu vous renseignera assez précisément sur ce que c’est et ce que ça permet. Pour la suite il faut surtout retenir que c’est un bidule qui se programme assez simplement et qui peut discuter avec l’extérieur au moyen de connecteurs basse tension.

Plateforme de hack idéale (au sens « modifier des choses pour fabriquer ce dont on a besoin »), je m’en suis surtout servi pour jouer jusqu’à maintenant. Le projet de rénovation avançant à grand pas, j’ai commencé quelques projets rigolos à base d’arduino et d’autres composants électroniques majoritairement récupérés.

Le gros des projets suivants existe déjà dans le commerce pour une bouchée de pain, je n’invente donc rien, je me contente de les rendre communiquants. Pour ce premier article, nous allons faire communiquer un détecteur de fumées.

Bientôt obligatoire partout, c’est généralement un petit appareil qui embarque un buzzer et une chambre de détection. C’est bête et méchant, s’il y a de la fumée ça sonne. Quand on démonte l’engin on tombe sur un petit PCB contenant majoritairement un piezzo (qui fait le boucan) et une petite boite noire avec 4 broches qui en sortent. Sur cette photo j’avais déjà dessoudé la boite noire.

En l’ouvrant on découvre une led et une photodiode et… C’est tout. Une led (à droite en bleu) fait de la lumière et une photodiode (en bas à gauche) laisse passer le courant si elle en reçoit.

Le principe de fonctionnement est brillant de simplicité : la led (infrarouge) émet sa lumière vers une paroi noire dans la petite boite et la photodiode n’est pas en face. Vous constatez, en plus, sur la photo, que deux petits ergots cachent bien la photodiode de la led. En mode normal (« pas de fumée ») rien ne se passe. Si de la fumée entre dans la chambre par les cotés ajourés, la lumière émise par la LED est perturbée par la fumée et une partie va entrer dans la photodiode qui va laisser passer du courant.

Le montage est ensuite relativement simple : la LED est alimentée en permanence et on branche la photodiode entre le GND de l’arduino et une patte analogique (disons la 1) et on surveille en permanence la quantité de courant qui passe au travers de la diode.

Le montage nécessite un petit calibrage. Pour ma part, la photodiode donne une valeur entre 20 et 25 en permanence et la fumée légère fait monter a 40 tout de suite.

Vous pouvez éventuellement remettre la chambre dans le boitier d’origine « pour faire joli » ou bien trouver un autre habillage design… Il ne faut juste pas oublier :

  • que la fumée doit pouvoir y entrer
  • qu’il ne faut pas que l’intérieur de la chambre soit exposé à la lumière pour éviter que la photodiode n’invente une fumée inexistante

Et ensuite, le code est trivial. Il ne fait qu’afficher en boucle la valeur lue sur la photodiode. Pour savoir dans quel sens brancher les broches, pensez qu’un appareil photo numérique, contrairement à votre oeil, perçoit très bien les infrarouges. Ça aide :

// LED sur la digital3 et GND
// PhotoDiode analog 0 et GND

void setup() {
  Serial.begin(9600);
  pinMode(3, OUTPUT);
}

void loop() {
  analogWrite(3,255);
  Serial.println(analogRead(0));
  delay(100);
}

Evidemment, il est difficile d’avoir son détecteur de fumée à une distance accessible en USB depuis son PC… Mais vous pouvez toujours rallonger, même beaucoup, la longueur des câbles sortant de votre petite boite noire pour arriver sur l’arduino ou bien patienter un peu et apprendre comment la faire causer ethernet et IP pour centraliser tout ça sur le réseau.

Notez que j’ai jeté mon dévolu sur l’arduino, parce que je vais vous faire une série de plusieurs choses dont certaines en auront grand besoin, mais pour ce montage ci uniquement, plein d’autres bases peuvent servir à la place.

Ne jetez pas le reste du montage, on devrait pouvoir s’en servir pour fabriquer une sirène plus tard.

Dans le prochain numéro on se coltinera un petit montage à tout faire, du comptage d’impulsions à la détection d’ouverture de fenêtre de façon centralisée.

6 Comments »

  • Yu said:

    En voyant le titre j’ai cru que t’avais cramé une Arduino ^^’

  • Bruno (author) said:

    J’en ai cramé une, oui, mais pas sur ce montage là :)

  • Yu said:

    En tout cas, si y’a bien un truc dont je rêve côté domotique, c’est Jarvis, l’assistant personnel de Stark dans les films Iron Man :D

  • Sanpi said:

    Plateforme de hack idéale (au sens « modifier des choses pour fabriquer ce dont on a besoin »)

    Ah, parce qu’il existe une autre signification ?!

    Quand est-il au niveau assurance ? Le détecteur n’est pas sensé être certifié ? Si une fois ta maison refroidie l’expert découvre un détecteur bidouillé, l’assurance peut-elle s’en servir contre toi ?

  • Majoux said:

    @Sanpi Aucun risque puisque spyou va brancher un sprinckler sur le même arduino qui arrêtera l’incendie quand la photodiode l’aura détecté. Donc jamais de feu ! Mais si il se goure de polarité, il va prendre une douche avant l’heure…

  • Bruno (author) said:

    @Sanpi : pour les plus parano on peut doubler (un standard et un trafiqué) … Mais je ne suis pas certain que les assurances refusent de couvrir un incendie au motif que le détecteur a été trafiqué … Il me semble que c’est fait pour sauver des vies, pas des comptes en banque :)

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.