Home » 3615 my life, Legislation, Nouveau monde

Responsabilité(s)

7 juin 2012 595 vues 10 commentaires
tags : , , , , , ,
Download PDF

Crédit photo : traaf

A l’occasion d’un débat avec @ulebrun, @jocanaan et @tris_acatrinei, nous avons, once again, évoqué le bon comportement à avoir en matière d’internet avec les jeunes générations.

Axiome de base : mon enfant se balade sur le réseau et tombe, volontairement ou pas, sur ce qu’on appelle pudiquement un « contenu inapproprié ». Pornographie, infantile ou pas, scènes violentes, personnes mal intentionnées ou dépeçage en bonne et due forme, pick one, c’est pas le choix qui manque.

La solution prônée par les pouvoirs publics est, comme on s’en doute, régalienne à souhait : « on se débarrasse de tout ce merdier en coupant au plus court ». Le plus court, c’est d’aller voir les gens qui sont en haut de la chaîne alimentaire sur internet (les opérateurs) et leur demander de faire des trucs pas clairs avec le réseau pour empêcher ou limiter très fortement l’accès à ce qu’on souhaite voir disparaître. Manque de pot, c’est une solution que quelques gus dans un garage (et pas mal d’autres dans d’autres coins) n’apprécient pas vraiment et qui rencontre donc une farouche opposition qui commence largement à baver dans l’opinion publique, et c’est tant mieux.

La solution à l’exact opposé consiste à limiter volontairement l’accès au réseau à nos enfants avec un tas d’artifices techniques allant du simple contrôle parental au firewall en fond de réseau domestique pour les plus calés en la matière. Cette solution rencontre trois problèmes :

  • D’une part, il faut avoir un socle de compétences minimales que bon nombre d’adultes n’ont pas aujourd’hui. Ils sont en fait tellement largués que ce sont les enfants qui leur font découvrir les outils, et comme dans toutes les situations où l’enfant prend le rôle du parent, l’autorité ne peut que très difficilement s’appliquer.
  • D’autre part, du fait de ce manque de compétence (et souvent de temps), les parents vont naturellement aller vers des solutions simples qui, au mieux seront quasi inefficaces car aisément contournables et au pire dangereuses, car confiant la maîtrise de ce à quoi les enfants ont le droit d’accéder à une entreprise dont le principal moteur reste finalement le pognon.
  • Enfin, elle limite de facto le périmètre auquel l’enfant a accès sur le réseau, de sorte que la minitélisation qu’on souhaite tous éviter en se battant pour la neutralité du net reviendra par la porte de derrière pour défendre la sacro-sainte pureté de l’enfant au détriment de l’ouverture de son esprit et la culture de son envie de découverte.

Je suis un garçon qui aime bien les consensus, si possible mous, à défaut de mieux, et il me semble que le bon sens impose plusieurs actions à plusieurs niveaux :

  • Parler d’internet, en bien comme en mal, à l’école, et ne pas se contenter de le traiter comme un outil
  • Faire comprendre aux parents qu’en dessous d’un certain âge, l’ordinateur reste dans le salon sous leur surveillance directe et que ce n’est pas une boitâkon
  • Leur rentrer également dans le crâne qu’il faut s’intéresser à ce que les enfants y font et qu’il vaut mieux cultiver la complicité que l’opposition (même si c’est pas facile)
  • Et pour les plus téméraires, leur apprendre à s’en servir au-delà des bases minimales qu’ils devraient tous avoir

Mais aussi, et là je vais faire râler quelques intégristes (oui, j’aime ça !) :

  • Responsabiliser les FAI qui doivent éduquer leurs clients, et si possible pas juste en mettant un soft de contrôle parental planqué je ne sais où au fond des CGV parce-que-la-loi-les-y-oblige
  • Responsabiliser les hébergeurs de contenus qui, outre la LCEN, ne devraient pas avoir à se faire prier pour signaler à qui de droit la présence d’une photo où un môme de 10 ans se fait violer ou bien une vidéo où un cinglé découpe un pauvre gars en tranches. Ailleurs dans le monde, je ne sais pas, mais en France, tous les opérateurs ont la carte de visite du gentil monsieur qui est passé voir tous les professionnels d’internet pour parler pédo-terro-dangero-istes.

Ces deux points n’ont même (surtout ?) pas à faire l’objet d’une quelconque loi, c’est juste du bon sens. Une fois que ce sera réglé, on pourra retourner causer de ce qu’il faut faire à propos de la diffamation en ligne et du bon goût de la coupe ticket-de-métro sur certaines vidéos.

Mais comme tout fout l’camp, ma bonne dame, j’ai peur que ce manque flagrant de bon sens de certains ne doive être compensé par quelques actions musclées d’autres qui auront à coeur de protéger notre marmaille autrement qu’en lui mettant du papier bulle autour pour la flanquer au fond d’un carton… Et ce avec des méthodes qui créeront fort probablement des dégâts collatéraux.

Je laisse votre imagination travailler et je propose que @jocanaan profite de sa position pour appuyer au moins les impératifs d’éducation parentalo-enfantine et qu’on essaie de faire quelque chose de ce coté dès la rentrée 2012.

10 Comments »

  • Tris said:

    Je plussoie copain barbu ! ;)

  • Keltounet said:

    De même :)

  • Michel Guillou said:

    Et bien pas moi :)

    Pour l’essentiel, oui, mais ne pas demander aux FAI de faire autre chose que de nous donner de l’Internet neutre non filtré. L’éducation, c’est le problème des parents… et de l’école, pas le leur.

    Et, mais là c’est de la haute stratégie, j’ai d’autres trucs à dire. mais là, il vaut mieux le faire devant une bière ! :)

  • deadalnix said:

    Je vois malheureusement mal les hébergeur se montrer coopératif.

    C’est la conséquence directe du copyright madness auquel on assiste, ou des plaintes pour des contenus divers et variés.

    En bref, le genre de demande légitimes dont tu parles est noyée sous un torrent de merde.

    Hélas, sans changer ce comportement, ça va être dur. Sinon, je plussoie. Le mieux étant encore de traiter internet comme un espace public, et tes recommandations vont en fait dans ce sens.

  • bladebo said:

    En voyant ton billet, cela m’a fait penser à un article de slate il y a une dizaine de jour.
    http://www.slate.fr/story/56397/internet-enfant-pas-surveiller-danah-boyd

    Article qui pourrait très bien se rajouter en complément de ce que tu as déjà dis je pense

  • Chua said:

    Je suis d’accord avec toi, mais trop peu de monde ne dépasse pas certaines limites sur internet, au moins une fois de temps en temps. Et il y a encore moins de monde qui connaisse les sites des autorités auprès desquelles on peut demander de faire appliquer la loi.

    Je pense que ce lien a toute sa place ici.

    Plus on est de monde à connaitre ces liens, moins internet donnera l’impression d’être une zone de non droit (alors que c’est le contraire : toutes les lois s’appliquent sur Internet, et on rajoute même des lois spéciales rien que pour lui).

  • Chua said:

    Le fait est qu’il ne devrait pas y avoir de lois supplémentaires sur internet pour la simple et bonne raison que les lois « IRL » s’y appliquent.

    Reste à faire connaitre les différents endroits qui permettent de signaler ce qui doit l’être. Outre les liens sur les sites comme youtube, plusieurs organisations travaillent à faire respecter la loi sur internet.

    Liste de sites d’autorités appliquant le loi sur internet et les réseaux de communication.

  • Lasher said:

    +1

    (oui ben desole, j’ai reflexionise tout plein sur le sujet aussi, et j’en suis vaguement arrive a la meme conclusion — sauf la partie sur les FAI, parce que je connais pas suffisamment la loi en la matiere)

  • obinou said:

    Je suis d’accord avec deadalnix .

    Pour moi, permettre aux hébergeurs de supprimer un contenu préventivement de leur propre initiative, même un contenu horrible comme ceux que tu cites,c’est ouvrir une boite de pandore.

    Déjà parce qu’ils n’ont pas les moyens de tout vérifier en permanence: Très souvent c’est une action externe qui signale le contenu à l’hébergeur.

    Ensuite parce que si un tel mécanisme est généralisé et imposé, très vite les rapaces vont arriver en disant que « si on peux le faire pour les vidéos d’enfants torturés, pourquoi on peux pas le faire pour un lipdub « illégal » ?

    Le problème c’est que le « bon sens » que tucites n’est pas le même chez tout le monde: Pour un patron de major, ce serait du simple « bon sens » que toutes les vidéos postées sur tout site d’hébergement soit auparavant validée par ses services.
    Par contre, pour un mafieu yéménite, il voit même pas le problème à marier des gamines de 12 ans….

  • Arnaud Gomes said:

    Obinou, je crois que tu as lu de travers. Ou alors c’est moi. :-) En tout cas, de ce que j’en comprends, Bruno ne parle pas de demander aux hébergeurs de virer des contenus, mais de faire un discret signe aux services compétents quand ils tombent dessus. Un peu comme «dans la vraie vie», en somme.

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


1 + = quatre