Home » Archive

Articles tagged with: 42

3615 my life, Internet, Projets & Participations, Vie associative »

[4 Jan 2011 | 2 Comments | 577 vues]
Tags : , ,

Amis lecteurs, bonjour, bonne année, la santé, le sexe, l’alcool, la drogue, la raclette et tout ça.

Maintenant que les politesses d’usage de janvier sont assurées, il faut absolument que je vous parle de 42. Oh, bien sur, je l’ai déjà fait l’année dernière, mais la, c’est plus rigolo.

Logo 42registry

Depuis quelque jours, juste après mon appel au lancement du projet Global Anycast, j’ai été embringué quasi de force dans un autre projet un brin connexe, 42registry. Il s’agit de créer des noms de domaine qui finissent par .42. Par exemple, http://www.spyou.42/

Ça claque hein ? Oui, mais en vrai le projet manque cruellement de moyens (technique et humains) et ca ne marche pas vraiment partout. Il faut, pour que ça tourne bien, des gens qui donnent de leur temps et, au choix :

  • Que chaque personne qui gère un serveur DNS lui apprenne comment on fait pour connaitre les noms de domaine qui finissent par 42
  • Que nos amis des hautes instances de l’ICANN se penchent sur le cas de ce registre un peu particulier qui n’est pas la pour gagner de l’argent mais pour promouvoir le libre et incluent la déclaration de .42 dans la zone racine

Autant dire que le second est loin d’être gagné, en tout cas pas sans un gros chèque, mais le premier trouve ces jours-ci un écho tout à fait inattendu. En effet, outre chez les traditionnels agitateurs du net (comme FDN ou Nerim), on trouve aussi des geeks poilus dans des endroits inattendus, par exemple chez Bouygues Télécom, qui sait résoudre les domaines en .42 depuis hier.

Alors on se dit qu’il s’agit sans doute de l’initiative d’une ou deux personne en interne sans l’aval de la direction et que ça peut sauter a tout instant, mais ça fait plaisir !

Keep it up 42registry, on est avec vous !

3615 my life, Nouveau monde, Sysadmin »

[28 Oct 2010 | No Comment | 912 vues]
Tags : , , , ,

[Billet originellement publié sous le titre « Le billet reproduction du jour : comment serrer un geek » par kamacess sur le blog megaconnard.com qui m’a gentiment autorisé à le reprendre ici. Attention, cet article n’est pas sous licence Creative Commons. Ce blog est à découvrir, foncez-y ! Je me suis reconnu un peu partout dans l’article malgré le fait que ma quasi-geekette à moi ne m’a pas dragué à coup de sed … Ce qui ne nous a pas empêché de  faire des enfants. Accessoirement, je ne penses pas que viser le geek soit réellement une baisse d’exigence, s’il est facile de l’attraper, il est peut-être moins facile de le garder longtemps. A vos marques, prêtes ? Partez !]



Crédit photo : @toadscroack

Mesdemoiselles, parfois, dans la vie, il faut savoir abaisser son niveau d’exigence. Vous approchez de (ou vous avez légèrement dépassé) la trentaine, vos hormones vous le crient, vous êtes prêtes à enfanter, et vous n’êtes toujours pas casée ? Il vous faut un homme.

Dans cette catégorie d’âge, remballez tout de suite vos illusions, vous avez le choix entre deux grands types de proies :

– l’abimé, qui après 7 ans de vie commune avec sa petite amie du lycée, vient de se rendre compte qu’elle le cocufiait avec son meilleur ami. Entre nous, ça pue. Il a perdu toute confiance en l’amour, et il va probablement sombrer dans le tunning ou la clystérophilie.

le geek. Attention, quand je parle de geek, je ne vous parle pas de celui qui a un iPhone et qui déboîte à Plants vs Zombies (ça c’est un hipster niais). Je vous parle du vrai geek, avec du poil, une décoration intérieure spartiate, à base de câbles réseau et de barettes de RAM, et qui, hormis sa mère, adresse la parole à environ deux filles par mois, quand il est l’heure d’aller se ravitailler en pizzas surgelées/coca/noodles. à la supérette du coin. Le geek célibataire et pas trop laid est une ressource abondante et généralement négligée, donc GO FOR IT GAL’. Lire la suite »

3615 my life, Développement, Internet, Sysadmin »

[10 Oct 2010 | 5 Comments | 469 vues]
Tags : , ,

Ça a pas mal tourné sur twitter hier. Aujourd’hui, c’est le 101010. Et 101010 en binaire, c’est 42 en décimal. Tetracontakaidi, pour sa part, est le préfixe grec correspondant (vous savez, décalitre = 10 litre, hectolitre = 100 litres, monomaniaque ne pense qu’à une seule chose, le système de numération octal compte de 0 a 7, un médicament divalent (on dit aussi bivalent) a deux fonctions … Eh ben un Tetracontakaidièdre est une figure géométrique à 42 cotés. Plus d’infos par ici sur les préfixes grecs.

Petite introduction pour deux sujets que les geeks (qui peuvent être grecs) ont à coeur : le binaire et le nombre 42.

Crédit photo : Pawel Marciniak (flickr)

Commençons par la partie barbante, le binaire. Vous l’avez nécessairement entendu au moins une fois, c’est la base de l’informatique. La raison est simple, pour éviter de faire des erreurs, on est parti du principe qu’il n’y avait que deux états électriques possible : y’a du courant ou y’en a pas. En mathématique, c’est le binaire. Au lieu de compter de 0 à 9 (0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12…) on compte de 0 à 1 (1 10 11 100 101 110 111 1000…).

Quand on fait de l’informatique depuis un moment, on est habitué à convertir le binaire en décimal et parfois en hexadécimal (ou on compte de 0 a F … 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A B C D E F 10 11 12…). On sait par exemple que 255 c’est 11111111 en binaire et FF en hexadécimal. On acquiert aussi quelques mécanismes simples : le double de 1 c’est 10, le double de 10 c’est 100 et ainsi de suite. On sait aussi qu’un 1 suivi de un plusieurs 0 peut se calculer simplement comme étant 2 puissance [le nombre de zéro], par exemple, 10000 = 2^4 = 16. Quant au chiffre 1, il vaut 1. Lire la suite »