Home » Internet, Sysadmin

Adresse IP à vendre

14 janvier 2011 1 472 vues 5 commentaires
tags : ,
Download PDF

Crédit photo : Shimown

C’est le nouveau dada de la presse spécialisée en ce moment, le futur-probable-marché-noir-des-IPv4.

Remise dans le contexte pour ceux qui ne suivent pas l’actualité de près ou qui n’ont pas lu mes précédents articles sur le sujet :

Il y a moins de 4 milliards d’adresse IP version 4 qui sont utilisables en tout. Ce gros bloc est géré par un organisme mondial (IANA) qui les distribue par paquet de 16 millions à des registres régionaux (RIR, il y en a 5 dans le monde) qui eux-mêmes vont les découper en blocs de différentes tailles (le plus petit théoriquement existant sur Internet et ayant de bonnes chances de fonctionner comme il faut étant un bloc de 256 adresses) à des registres locaux (il y en a un gros paquet). Enfin, ce registre local va découper ses blocs d’adresse en petits bouts pour les distribuer aux clients.

Par exemple, un fournisseur d’accès ADSL va donner une IP à chaque client. Un hébergeur qui propose un réseau redondant bien fait occupera probablement un minimum de 8 adresses pour un client même s’il n’a qu’une seule machine.

On a donc ici une chaîne de distribution avec un minimum de 4 intermédiaires qui a son propre stock d’adresse au frais. On sait très bien combien d’adresses il reste à l’IANA, on sait beaucoup moins combien il en reste chez chaque RIR, encore moins chez les LIR, et pour ce qui concerne l’usage fait par les clients finaux, c’est carrément mission impossible.

Une chose est certaine, la source est quasiment tarie, donc on va avoir un problème. Qui dit raréfaction dit généralement marché noir. Oui, sauf que :

  • On ne peut pas revendre ou même donner une IP toute seule et, dans une moindre mesure, un bout de bloc d’IP comme on revend un bouquin. Chaque bloc est associé à une entité théoriquement utilisatrice.
  • Bien entendu, on peut toujours ne pas changer l’attribution théorique mais qu’en pratique ce soit quelqu’un d’autre qui utilise le bloc, mais ce sera le bloc entier et non seulement cette personne n’aura aucun droit si le titulaire original réclame la récupération de son bloc, et en plus, c’est ce titulaire original qui sera inquiété en cas d’usage déplacé des IP par leur utilisateur final (si ce sont de vilains pédonazis qui s’en servent, par exemple).
  • Dans le cas (majoritaire) des blocs d’IP subdivisés par les LIR pour leurs clients ou leurs usages propres, le LIR peut changer l’attribution d’un bloc vers un nouveau client mais celui-ci ne pourra que difficilement s’en servir proprement s’il ne maintient pas de connexion physique avec le réseau du LIR d’origine qui annonce le bloc entier.
  • Cet usage, appelé désagrégation, encombre d’autant la table de routage mondiale que chaque routeur BGP doit prendre en charge, c’est donc in fine une mauvaise idée.

Il y aura donc probablement un marché, mais loin d’être opaque puisque tout se sait sur le réseau, et loin d’être similaire à de la vente de drogue sous le manteau puisqu’il ne s’agit pas simplement de s’échanger des IP mais que ça a aussi un impact sur la constitution du réseau lui-même.

On risque par contre de rencontrer de plus en plus d’offres du type « une IP fournie, les autres faut payer en plus » alors que l’habitude actuelle,  sauf arnaqueurs qui font croire à leur clients que les adresses IP coûtent de l’argent, est plutôt à « autant d’IP que nécessaire fournies sur justification ».

En bref, contrairement à la culture, nous passons ici d’un marché d’abondance à un marché de rareté. Les prochaines années vont être intéressantes.

Je profite d’être en plein dans le sujet pour vous rappeler que le 8 juin prochain, ce sera le World IPv6 day, suivi par les géants du secteur. L’idée est que tous les frileux se réunissent en disant « ce jour la, on met de l’IPv6 sur nos services ». Je n’arrive toujours pas bien à saisir pourquoi c’est seulement une journée (ce blog est IPv6 tout le temps, par exemple), mais passons, l’idée est rigolotte.

5 Comments »

  • Clippy said:

    Le plus rigolo sera lorsque les FAIs verront leur intérêt à revenir à un adressage IPv4 réellement dynamique pour leurs abonnés particuliers : pour gérer au mieux une ressource rare, bien entendu !

    ça irait d’ailleurs dans le sens de la protection de la vie privée des abonnés

  • lildadou said:

    C’est surtout que les admins réseaux et système veulent pas bouger leurs culs. Regarde mon message, tout droit sorti du réseau Renater, il vient d’une adresse IPv6? Nan.
    Tant que le cout de l’IPv4 (au marché noir ou pas) sera inférieur au cout de passage à l’IPv6 (je parle terme d’upgrade de cerveaux) on restera dans cette merde et au final l’opération de migration aura coutée plus cher parce qu’il aura fallu faire çà en urgence.

    Mettre une date où l’on interdirai l’IPv4 sur le réseau aurait été plus bénéfique en terme humain et économique. Des dispositions auraient été prises parce qu’on aurait su qu’à cette date là ce serai terminé. En ce moment les dispositions qui sont prises c’est : « l’IPv6 c’est comme le bug de l’an 2000 alors on va attendre que sa marche plus pour faire quelque chose ».

  • Elessar said:

    @Clippy : Non, ça ne leur apporterait rien. Avec nos modems connectés en permanence, l’adressage dynamique ne permet pas d’économiser des adresses. En revanche ça permet d’ennuyer très fortement ceux qui veulent faire du vrai Internet plutôt que de consommer du Minitel 2.0.

  • Alex said:

    Pourquoi une seule journée ?

    Le principe d’après ce que j’ai compris est de mettre en évidence les dysfonctionnements suite à l’activation de l’IPv6 sur des grands sites (timeout, dns AAAA, routage, etc…).

    Mais comme Google l’explique mieux que moi, voici le lien :)
    http://ripe61.ripe.net/presentations/223-World_IPv6_day.pdf

  • vetetix said:

    Personnellement, ce que j’attends pour ce World IPv6 Day, c’est d’avoir tous mes services disponibles en IPv6.
    Je suis un espèce de geek rêveur qui estime que le web doit être social, que le web perso auto-hébergé en particulier doit être social, et que la meilleure base sociale à l’heure actuelle c’est le xmpp. Hors, le serveur xmpp que j’utilise, Prosody, parce que tout le monde le conseille pour l’usage des auto-hébergés, ne gère pas l’IPv6.

    Autre problème : mon téléphone. Un Samsung Galaxy, à la base sous android 1.5. La mise à jour sous 1.6 ne se fait pas automatiquement, over-the-air, donc à peu près tous les gens normaux sont encore sous 1.5 et donc ne gèrent pas l’IPv6. Et la 1.6 ne gère pas certaines normes v6, comme le DHCPv6.

    C’est lamentable, ça fait vingt ans que la norme existe, et pourtant la plupart des FAI ne la gèrent pas, et les constructeurs de matos non plus…

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


5 − un =