Home » 3615 my life, Internet, Legislation

Appel aux geeks

8 septembre 2010 527 vues 16 commentaires
tags : , ,
Download PDF

Crédit photo : José Goulão (flickr)

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas m’adresser en priorité aux néophytes et amateurs de tous poils mais à mes collègues du réseau (les autres peuvent lire quand même, hein).

Nous sommes tous d’accord, le filtrage d’internet, c’est mal. Que ce soit imposé par l’état, par des boites privées ou par le patron de sa boite.

Parmis mes activités non documentés, j’ai, pendant quelques temps, participé à une association qui faisait la chasse aux pédophiles et dont les principaux buts étaient la sensibilisation des gens au problème et surtout l’amas d’information pour aider les forces de l’ordre à retrouver les enfants (enfermer les méchants c’est bien, retrouver les victimes, c’est mieux).

Nous sommes tous d’accord, la pédophilie, c’est ultra mal. C’est le levier qu’utilise aujourd’hui le législateur pour faire avaler la pilule du filtrage d’internet à l’opinion publique. Comment répondre « non, filtrer c’est pas bien » quand on vous parle de familles et d’enfances détruites ?

Pourtant, ce n’est pas la seule voie. Dans un article paru il y a peu, Numerama expose les chiffres de la lutte contre ce fléau en Allemagne ou l’heure n’est pas au filtrage mais à la suppression. Manifestement, ça marche, 98% de suppression dans un délai d’une semaine et 100% en une journée pour les contenus hébergés dans le pays. Mais pour que ça marche vraiment, il faut que tout le monde s’y mette.

Je parlais il y a peu de « sursaut de conscience populaire » avec quelqu’un qui se reconnaitra. Ne lui en déplaise, je pense que d’autres sursauts des consciences sont plus importants aujourd’hui que celui qu’il a en tête.

Il est est globalement difficile de trouver ce genre de contenu, même en le cherchant explicitement, mais on peut parfois tomber dessus par hasard et il existe bel et bien.

Vous êtes administrateur système ou réseau ? Partez à la chasse, récoltez les données permettant l’identification et transmettez les aux forces de l’ordre directement (IRCGN, STRJD, CNAIP, N-TECH …) ou via le site de signalement www.internet-signalement.gouv.fr.

Vous êtes geek et savez vous débrouiller avec le réseau ? signalez les contenus douteux à l’opérateur ou ils sont hébergés et via le site ci-dessus. Sensibilisez votre entourage à ces bons réflexes.

Pour vous internet est un gros nuage obscur et magique ? Vous pouvez lire ce blog et surtout sensibiliser vos élus à l’importance de faire le bon choix en matière de traitement de l’illégal sur le réseau.

Cacher un trafiquant de drogue pour qu’on ne puisse pas le voir ne l’a jamais empêché de vendre sa marchandise. C’est pareil pour la pédopornographie. Montrons qu’il n’y a pas besoin de loi spécifique pour réguler le réseau sur des questions aussi critiques et sans équivoques.

(cet appel est, comme le reste de ce blog, un contenu sous licence creative commons. N’hésitez pas à tweeter, facebooker, diffuser, copier, adapter, traduire …)

16 Comments »

  • Tribune – « Appel aux geeks » par Spyou | Walkyr said:

    […] article est paru sur le blog de Spyou : Turblog sous le titre « Appel aux geeks » – Licence : Creative Commons […]

  • Séb said:

    Je suis tout à fait d’accord mais quid des sites hébergés qui ne s’intéressent pas ou peu à ce problème et qui sont tout de même accessible depuis la France?

  • Bruno (author) said:

    1/ Concrètement, quel mal supplémentaire font-ils en étant accessible depuis la France qu’ils ne feraient plus en ne l’étant pas ?
    2/ Cet appel est large et concerne tous les geeks du monde (traductions bienvenues).
    3/ Les relations entre les polices mondiales ont déjà prouvé leur efficacité sur des sujets mettant en jeu l’argent des puissants (terrorisme, droit d’auteur, …) il doit être possible de faire pareil avec la pédopornographie.

  • Grunt said:

    On peut faire aussi la traque aux contrefaçons, ou bien le message implicite c’est « Nous avons notre propre morale, notre propre loi et nous n’avons que faire de l’état de droit »?

  • Bruno (author) said:

    Chacun fait la chasse à ce qu’il veut, chacun communique sur ses chasses personnelles comme il veut. Coté contrefaçons, il me semble que beaucoup de gens font déjà la chasse. Coté pédophilie, beaucoup moins. Si j’avais voulu faire passer ce message, ça n’aurait pas été de manière implicite, je n’aurais pas précisé qu’il convenait de signaler les découvertes aux autorités, j’aurais invité les gens à régler leurs comptes eux-même selon leur morale, ce qui peut, en plus de la question sur l’état de droit, porter de graves préjudices aux enquêtes en cours ou à venir.

  • Thomas said:

    Bel appel à la délation.

    (NDE : je le valide, malgré le fait que l’auteur ne souhaite manifestement pas me laisser son mail pour débattre du sujet. Non, je n’ai pas de problème moraux à pratiquer la délation quand il s’agit de pédophilie)

  • Thomas said:

    On peut débattre ici… C’est aux flics de faire la chasse aux criminels. Si tu ouvres la porte de la délation, attends-toi rapidement à ce que ton voisin te dénonce comme pédophile parce que tu auras salis son paillasson…

    Et si tu penses que les flics n’ont pas assez de moyens, lutte pour qu’ils en aient.

  • Bruno (author) said:

    On peut. Je ne suis pas certain que ça intéresse vraiment les lecteurs de ce blog, mais c’est dans le sujet, alors allons-y.

    J’écoute tes propositions sur à la façon de lutter pour que les moyens nécessaires à la lutte contre la pédophilie soit renforcés. Un moyen autre que dire « il faut donner plus de moyens », vu que manifestement, ça ne mène à rien de le dire. Un moyen également autre qu’un cadre législatif créant des façades autour du problème pour le cacher (créer des logiciels et des docs aidant aux investigations, on a déjà fait, si tu pensais à ça)

    Sur la question de la délation, j’intègre parfaitement l’argument, j’y ai même pensé assez fort pour ne pas réussir à dormir avant de poster le billet. L’état de droit est-il nécessairement au dessus de toute autre considération, quelle qu’elle soit ? Que doit faire un humain normalement constitué, qui plus est père de deux enfants, lorsqu’il tombe sur ce genre d’horreurs et qu’il a, devant lui, un moyen d’agir et de participer au fait d’en stopper ne serait-ce qu’un infime morceau ? Quelles solutions pour que les forces de l’ordre puissent appréhender complètement la complexité de l’outil informatique/internet ? Je n’ai pas de réponse à ces questions, si quelqu’un en a, il est urgent de les partager.

    Et donc, à défaut de mieux, oui, si je tombe dessus, je fais de la délation, et mon neurone de poisson rouge n’y trouve rien à redire.

    Quand on reçoit des spam, on les signale à des RBL pour limiter la pollution. Quand un scooter défonce l’arrière d’une voiture qui est à l’arrêt et qu’on y assiste on dit que le scooter est en tord … Ça rentre aussi dans la case de la délation et c’est donc à proscrire ou bien nous sommes entre personnes un minimum intelligentes et on dispose d’un libre arbitre qui sait faire la part des choses ?

  • tengu said:

    Pour avoir, il y a un certain temps, participé à une traque de site illégaux avec une team, et remonté un bon petit dossier à la police de mon pays (adresses web, adresses IP, pays, whois), je sais à peu près à quoi s’attendre :

    – on n’a aucune info sur la suite, on ne sait pas si c’est utile ou pas

    – après une discussion avec un policier, je risquais autant que les vrais coupables, parce que j’ai clicouillé sur les liens pour remonter à la source (même avec un navigateur en mode texte – les images sont souvent intenable, arrivé à une certaine profondeur….)

    Délation ok, si on tombe dessus par hasard (et sur ce point, j’en doute sacrément – sont bien planqués).
    mais faut en tous cas aller les chercher.
    Comme mis plus haut, on risque soit-même pas mal gros, et faut pas oublier que les images resteront gravées dans votre mémoire… Et y en a des vraiment crades.

    (NDE : Il ne faut pas les chercher, ça, je plussoie. Le risque de gravage dans la mémoire est bien plus grand que le risque pénal)

  • Fab said:

    La pédopornographie est le pire délit qu’il soit. Et les autorités compétentes ont des moyens pour la traquer et la supprimer, mais comme tout délit, les délinquants rivalisent d’imagination pour échapper aux autorités.

    Prenons un autre délit…disons le téléchargement du dernier album de Johnny, le préjudice porté sera à Johnny, son producteur et son label. Le préjudice sera qu’un de ces CD ne sera pas vendu mais il se pourrait également que ce CD ne soit jamais écouté sur le « pirate » ne l’avait pas télécharger. On peut donc raisonnablement penser que des gens sont contre l’interdiction de ce délit. Et aussi, dénoncer un site de téléchargement ou un téléchargeur pourrait être considéré comme de la délation vu que le préjudice ne pourra jamais concerner la personne qui fait la délation (à moins que ce soit Johnny).

    Là, pour le cas présent, je ne vois pas comment on pourrait imaginer quelqu’un dire « oh non, la pédopornographie c’est bien, il ne faut pas l’interdire ! ». Et le fait qu’il y ait des sites de ce type concerne toute personne ayant un enfant…ce pourrait être le leur, ou leur enfant pourrait tomber sur ce site.
    Je pense que c’est le devoir de tout citoyen sain d’esprit que de dénoncer les sites de ce type. C’est de la délation, peut-être, mais face à la gravité du problème et à l’universalité de sa catégorisation en tant qu’ignominie, c’est un devoir que de la faire.

  • Skhaen said:

    Un petit rappel de ce qui c’était passé en Allemagne lors du vote d’une loi Loppsi-like :

    « La meilleure preuve du cynisme du filtrage a été apportée par un internaute allemand. En partant d’une liste de sites bloqués révélée par Wikileaks, Alvar Freude a réalisé un script qui envoit automatiquement une demande de retrait de contenus aux hébergeurs des sites bloqués. Sur 348 hébergeurs contactés, 250 ont répondu, et 61 ont retiré le contenu illicite en moins de 12 heures. Sans commentaire. »

    http://www.numerama.com/magazine/13167-le-filtrage-du-net-facon-loppsi-fait-polemique-en-allemagne-maj.html
    http://www.numerama.com/magazine/14308-l-allemagne-abandonne-le-filtrage-de-la-pedophilie-ne-sert-a-rien-maj.html

    Nous savons normalement tous qu’un groupement (important) de citoyens est plus puissant que n’importe quoi d’autre. Si le(s) gouvernement(s) se « trompe(nt) » sur des questions aussi important que le filtrage et le respect des droits de l’Homme, alors oui, il est de notre devoir de leur démontrer que l’on peut régler ce « problème » différemment, en étant plus efficace et en respectant les droits et les libertés de tous.

    Ce n’est en rien de la « délation », utiliser ce terme à tords et à travers mérite juste un point Lefebvre ..

  • Bruno (author) said:

    J’aimerai bien une argumentation qui aille au moins un peu dans le sens de Thomas, le sujet me semble vraiment important ! Si vous lisez ces lignes en hésitant, n’hésitez plus ! :)

  • Cld said:

    Déjà, l’état mettrait un peu plus que 15 ou 20 glandus pour s’occuper de la partie enquête sur les réseaux pédopornographique électronique, et dédié à ça, parceque c’est les mêmes 15 ou 20 qui s’occupent aussi des enquêtes non pédopornographique…
    Mais non on va mettre en place une plateforme de filtrage qui couteras 20 fois plus cher pour 10 fois moins efficaces…

  • Caribou said:

    Ben le sujet n’est pas mince en fait. Finalement chacun agit en son âme et conscience, selon ses convictions qui lui sont propres. Il n’y a pas de jugement à avoir sur le fait de faire de la délation ou pas, et qu’importe le sujet. A un instant T, pour un sujet X, ou tu en es…ou pas. C’est un choix que tu dois avoir soupesé, point, il est personnel. Le choix de « l’autre » doit être respecté même s’il n’est pas notre.

    Les abus, dans n’importe quel domaine d’ailleurs, ne doivent pas être un obstacle à la mise en place de système qui aurait pour but de corriger une anomalie (la pédopornographie içi).
    Je ne dis pas qu’il faut les ignorer, je dis juste qu’il faut, justement, les prendre en compte afin de monter un truc le plus secure possible qui minimisera les domages collatéraux.

    Ce n’est pas facile c’est clair mais pas impossible. Je crois encore à l’existence de gens « juste », qui sauront faire la part des choses et je présuppose pas que tous les citoyens sont des neuneux prêt à te faire payer le fait d’avoir salit ton paillasson.

    Bon en me relisant, je ne sais pas si je suis clair. :D

    Sinon, super tout tes articles, c’est un régal pour les profanes comme moi.

  • -Fred- said:

    Un appel à la « chasse » ne serait-il pas potentiellement dangereux ? Qu’est-ce qui peut garantir que ça n’aboutira pas à la constitution d’une forme de milice, avec les excès qui vont avec ?

    Si jamais je tombais dessus par hasard, j’aurais forcement la même attitude qu’IRL : forcement, il faudrait le dénoncer, tant aux autorités qu’à l’hébergeur. Là, il n’y a pas d’hésitation à avoir. A priori par contre, ces sites ne se trouvent pas si on ne les cherchent pas (bon en tout cas ça ne m’est jamais arrivé, ce qui ne prouve finalement rien).

    A titre personnel, je ne me voit pas en faire la chasse active car je ne suis pas un justicier d’une part, et que rien ne me différencierait à priori d’un utilisateur « normal » de ces sites d’autre part. Chacun fait comme il l’entend.

    Concernant le filtrage, je rejoins tout le monde. Filtrer ne sert à rien. C’est à la source qu’il faut traiter le problème et je n’ai pas de solution miracle non plus.

  • Bruno (author) said:

    Il y a chasse active et chasse active. Sans aller jusqu’à passer son temps à consulter tous les contenus qu’on héberge, de simples sondes permettent de détecter une activité inhabituelle sur un site, par exemple.

    Pour le coté milice, c’est regrettable, mais arrive un moment ou il faut faire quelque chose si on juge que les pouvoirs publics mis en place par la collectivités ne répondent pas/plus au besoin. Finalement, si on regarde HADOPI, c’est un peu la même chose, ça crée une milice privée à 100% sous le joug des ayants droits qui elle seule décide de qui est bon ou mauvais et qui est appuyée par un organe d’état dans son action.

Leave your response!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Be nice. Keep it clean. Stay on topic. No spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.


cinq − 2 =